Quels sont les cas qui nécessitent la pose d’un garrot tourniquet ?

Quand un blessé saigne beaucoup et perd trop de sang, il est urgent de lui mettre un garrot.  C’est une méthode  pour interrompre la circulation du sang ou arrêter le saignement sur un membre.  S’il faut restituer l’origine du garrot, il est nécessaire de rappeler que son utilisation remonte au temps d’Alexandre le Grand, au IVᵉ siècle avant Jésus-Christ. C’étaient, à l’époque, des bandes de bronze, puis le cuir les a remplacées afin de diminuer la douleur ressentie. Puis, Le français Petit a trouvé un moyen, un autre système pour stopper le sang. Il a développé un système à vis lors de ses interventions chirurgicales. Et aujourd’hui encore, le garrot est utilisé et emporté dans les trousses médicales d’urgence. Il en existe de plusieurs types dont le garrot tourniquet.

Qu’est-ce que le garrot tourniquet ?

Il existe différents types de garrots. Le garrot médical est le plus utilisé. C’est un caoutchouc, appelé aussi garrot pneumatique. Les garrots tactiques sont surtout utilisés hors milieu hospitalier par les soldats ou les secouristes. Il Y a aussi le garrot improvisé. C’est un lien assez large, de 3 à 5 cm, pris dans une toile solide et non extensible. Il est mis autour de la partie saignante et il faut attendre l’arrêt du flot de sang. Il faut maintenir le serrage après l’arrêt. 

Le garrot tourniquet, quant à lui, est destiné à toute personne ayant besoin de garrot, comme les adultes ou les enfants. Il est essentiellement utilisé pour stopper l’hémorragie. Le garrot tourniquet est un garrot muni d’un bâton qui sert à tourner le lien dans le but de serrer plus la sangle en tortillant le lien.  Il bloque ainsi l’artère du membre, au niveau de l’humérus.

Comment le poser et quels sont ses risques ?

Généralement, un garrot doit être posé à quelques centimètres de la plaie (entre la plaie et le cœur.) Sur les membres inférieurs, il est posé au-dessus du genou et au-dessus du poignet pour les membres supérieurs. Il faut dire que la pose d’un garrot tourniquet est un des gestes d’urgence qu’il faut maitriser. Si un cas d’hémorragie externe est constaté, poser un garrot s’impose. Mais il ne se maintient pas trop longtemps, un maximum de 2 heures est suffisant.  La plaie risque de s’infecter et d’être envahie de microbes, pouvant provoquer une septicémie, entrainant une mort directe. Il faut l’enlever, une fois l’hémorragie stoppée. Il ne se pose pas non plus n’importe comment.

Quelques critères sont indispensables à savoir, s’il est besoin de poser un garrot. Un garrot est appliqué, si la compression devient impossible, si la blessure est trop grande, si un objet est planté dans le membre, si le soignant a d’autres patients desquels il doit s’occuper, si le membre est broyé et impossible à compresser. S’il est serré trop fort et gardé trop longtemps, il risque la paralysie du membre concerné. Plus de deux heures, la gangrène et des troubles des reins, guettent le patient. Le garrot est donc à utiliser en dernier recours.

Quelles sortes de blessures ont besoin de garrot tourniquet ?

Le garrot tourniquet est utilisé pour les cas de trop grande perte de sang, donc en cas d’hémorragie externe. Il n’est posé qu’en cas de nécessité absolue. Un garrot est posé sur les membres qui risquent une trop grande perte de sang. Il est urgent de ligaturer la partie au-dessus de la blessure, d’arrêter le flux sanguin. Si la blessure est difficile à compresser, il faut chercher un point de compression et essayer d’arrêter le saignement. Une trop grosse perte de sang affaiblit le cœur et risque de provoquer la mort du blessé.